Tout savoir sur le pian

Tout savoir sur le pian

Le pian est une infection chronique, qui affecte principalement la peau, les os et le cartilage. La maladie se manifeste principalement dans les communautés pauvres des régions tropicales chaudes et humides d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

L’agent causal est une bactérie appelée Treponema pertenue, une sous-espèce de Treponema pallidum, l’agent pathogène de la syphilis vénérienne. Toutefois, le pian est une infection non vénérienne

Causes et mode de transmission

Le pian se transmet principalement par contact cutané direct avec une personne infectée. Une lésion cutanée unique se développe au point d’entrée de la bactérie après 2-4 semaines. Sans traitement, des lésions multiples apparaissent sur tout le corps. La surpopulation, une mauvaise hygiène personnelle et l’absence d’assainissement facilitent la propagation de la maladie.

T. pallidum pertenue a été identifiée chez les primates (babouins, chimpanzés et les gorilles) et les études montrent que l’inoculation expérimentale des êtres humains avec un isolat simien provoque une maladie similaire au pian. Cependant, il n’existe aucune preuve de transmission entre les êtres humains et les primates.

Symptômes

La maladie comprend trois phases. Les symptômes sont une papule initiale sur la peau au site d’inoculation, suivie par plusieurs éruptions en forme de chou-fleur, et plus tard, dans certains cas une mutilation destructrice de la peau, des muqueuses et des os.

Les premières lésions sont caractérisée par un épaississement verruqueux de l’épiderme, qui se fissure, devient fibreux, saigne facilement, et rejette un fluide séreux. Un mois ou plus tard, lorsque la première lésion semble avoir disparu, plusieurs éruptions du même type se développent de façon caractéristique, souvent à la jonction de la peau et des muqueuses, comme le pourtour de la bouche , le nez et l’anus, ou sur la peau de l’entrejambe, le cou, les bras, les jambes et les fesses . Ces lésions, initiales ou secondaire, sont jaune-rougeâtres.

Plus tard, la maladie peut se calmer, ne laissant que des cicatrices superficielles, mais dans certains cas, elle peut déformer des parties du corps comme le nez, les os longs et, plus rarement, la rate, le cerveau, et les gros vaisseaux sanguins.

Traitement

La pénicilline est efficace pour tuer rapidement le spirochète et guérir le pian sauf dans le stade tertiaire, où on utilise une association d’oxophénarsine et de salicylate de bismuth. La prévention est centrée sur l’isolement et le traitement rapide des cas, afin de réduire l’exposition et sur le maintien de l’hygiène personnelle et collective.

Toutes les écorchures et les plaies de la peau et des muqueuses doivent être traités avec des antiseptiques appropriés et recouvertes de pansements propres, de même tous les vêtements en contact avec des lésions du pian doivent être stérilisés ou détruits.

Un nouvel espoir d’éradiquer la maladie d’ici 2020

Un essai clinique récent a été mené en Papouasie Nouvelle-Guinée. Cet essai clinique a démontré l’efficacité de l’azithromycine en dose unique et par voie orale dans le traitement du pian. Contrairement à la benzathine-benzylpénicilline qui se faisait par injection intra-musculaire, et était très douloureuse, l’azithromycine est très facile à administrer et à transporter.

L’OMS a alors promulgué une nouvelle stratégie d’éradication de la maladie avant 2020 en lançant des campagnes de traitement universelles avec l’azithromycine dans les communautés touchées. L’objectif est de traiter toutes les personnes des communautés touchées, y compris les asymptomatiques. Un mois après le traitement, ces mêmes personnes devront être revues afin de s’assurer de son efficacité.

Le cas du Congo

Au Congo, des campagnes d’identification des cas et de traitements ont été menées dans le département de Likouala entre 1983 et 2009, mais de manière sporadique. Les cas se trouvaient uniquement parmi la population aka de la région.

Dossier spécial « pian »
Consultez le  dossier spécial pour en savoir plus sur notrecampagne de traitement de masse du pian chez les populations pygmées akas au Congo-Brazzaville.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *